Qu’ils soient artistes, savants, ingénieurs ou même empereur, de nombreux grands personnages ont eu un lien avec La Roche sur Yon.

Zoom sur quelques-uns de ces illustres hôtes de la cité yonnaise…

Découvrez nos grands personnages d’hier…

Napoléon

Napoléon Bonaparte (1769-1821)

S’il n’a passé que quelques heures de sa vie à La Roche-sur-Yon, son empreinte ne s’en fait pas moins sentir aujourd’hui encore ! C’est par un arrêté impérial que Napoléon ordonne le transfert du chef-lieu de la Vendée depuis Fontenay-le-Comte. Il fait ainsi de La Roche-sur-Yon la nouvelle préfecture. Ce faisant, il transforme donc la modeste cité en une capitale moderne, fonctionnelle et reliée au reste du territoire.

En effet, le plan de la ville lui doit beaucoup : implantation des bâtiments administratifs, culturels et religieux, organisation rationnelle des quartiers, place centrale… La pensée sociale de l’empereur, notamment les masses de granit, est tout entière présente dans l’architecture en damier de La Roche-sur-Yon.

Charles Payraudeau (1798-1865)

Zoologiste vendéen du début du XIXe, Charles Payraudeau a mené des études majeures dans l’inventaire de nombreuses espèces qu’il a découvert, notamment en Corse et dont il a dressé l’inventaire faunistique. L’ensemble de ses collections se trouve dans un musée qui porte son nom, à La Chaize-le-Vicomte, où il meurt en 1865.

Paul Baudry (1828-1886)

Paul Baudry est né à La Roche-sur-Yon en 1828. Il est l’un des représentants les plus éminents de l’art académique sous le Second Empire. C’est également un membre de l’Académie des Beaux-Arts. À la demande de Napoléon III, il a passé dix ans à peindre le foyer de l’Opéra Garnier à Paris.

Son leg à sa ville natale a été décisif pour le démarrage du musée de La Roche-sur-Yon. En effet, celui-ci possède bon nombre de ses œuvres.

Benjamin Rabier (1864-1939)

Le célèbre créateur de la Vache qui rit, de Gédéon le canard, et de tant d’autres animaux qui ont notamment bercé l’enfance de nombreuses générations est né à La Roche-sur-Yon en 1864. Benjamin Rabier est un dessinateur et un caricaturiste talentueux renommé pour ses illustrations de littérature enfantine et également de dessin animalier.

Cécile Sauvage


Cécile Sauvage (1883-1927)

Ecrivain et poète, Cécile Sauvage est née à La Roche-sur-Yon. Mère du compositeur Olivier Maessian, elle est très inspirée par la poésie anglaise, et notamment celle de Keats. Toute son œuvre respire la sérénité. Considérée comme « la poétesse de la maternité », Cécile Sauvage a ainsi su la célébrer et la magnifier. Sur la Place Napoléon, une plaque rappelle le lieu de sa naissance.

La lune blanche au rire éteint
Glisse dans l’air où rien ne pèse ;
On entend le frisson lointain
D’un long murmure qui s’apaise.

« La lune blanche au rire éteint » – Cécile Sauvage


André Astoul (1886-1950)

Né à La Roche-sur-Yon en 1886, André Astoul se distingue rapidement comme peintre, portraitiste et paysagiste. Son père, Othello, également peintre-décorateur, l’encourage vivement. Sans être rattaché à aucune école, il parfait sa formation à Paris. Puis André Astoul revient en Vendée comme professeur de dessin à Luçon. Il contribue à la création du salon yonnais de peinture, dont le musée de La Roche-sur-Yon conserve plusieurs œuvres. On lui doit notamment le beau tableau en hommage aux Poilus de 14 installé dans l’église Saint Louis. Il meurt à Landeronde où il avait installé son atelier en 1950.

René Couzinet (1904-1956)

Né à quelques kilomètres de La Roche-sur-Yon, René Couzinet est un ingénieur aéronautique de génie. Il est en grande partie à l’origine du développement de l’Aéropostale dans les années 20 et 30. Toujours en quête d’amélioration, il imagine notamment des engins capables de traverser les océans. Il se lie également d’amitié avec Jean Mermoz, héros volant des temps modernes, dont il épouse la veuve après sa mort.

Ses nombreuses archives, maquettes, et fonds documentaires ont été remis à la ville de La Roche-sur-Yon après sa mort en 1956. Ils donnent ainsi lieu à une exposition remarquable au sein de la Maison Renaissance.


… à aujourd’hui

Bernard Tschumi (1944-)

D’origine suisse, Bernard Tschumi est architecte, professeur, et théoricien de l’architecture. De Paris à New York, où il vit et travaille, son parcours le mène aux quatre coins du monde. De nombreux prix et récompenses saluent ainsi régulièrement son travail.

L’ensemble de son œuvre est primé en 1996 par le grand prix national d’architecture qui reconnaît une œuvre exigeante et singulière. En mai 2011, il co-réalise avec Hugh Dutton la nouvelle passerelle de la gare de La Roche-sur-Yon. Pour cela, il reçoit le Condé Nast traveller’s innovation and design award dans la catégorie infrastructures.

Roland Castro (1940-)

Né à Limoges en 1940, Roland Castro est architecte et militant politique, spécialiste notamment des questions d’urbanisme en lien avec les problématiques sociales, telles que les banlieues par exemple. Ses réalisations, principalement en France, concernent différents lieux à haute symbolique sociale ou culturelle : bourse du travail, logements collectifs, universités, faubourg de l’arche à Courbevoie, cité internationale de la bande dessinée à Angoulême… Entre 1987 et 1989, assisté de Jean-Luc Pellerin, Roland Castro réhabilite et agrandit le siège du Conseil départemental de la Vendée. Il s’agissait d’un hôpital départemental dont les ouvertures et la toiture sont inscrits au titre des Monuments historiques depuis 1981.

Alexandre Chemetoff (1950-)

Architecte, urbaniste et paysagiste français, Alexandre Chemetoff est né en 1950. Son père, Paul Chemetov, est également un architecte renommé.

Il conçoit son métier comme une activité multidisciplinaire. À travers ses nombreux projets, il témoigne notamment d’un souci de compréhension globale de la transformation des territoires.

Après le chantier majeur de la transformation de l’île de Nantes, dans les années 2000-2010, il remporte également le projet de réaménagement de la Place Napoléon et des artères principales de La Roche-sur-Yon. Il mène ainsi les travaux entre 2010 et 2012. Son projet est de créer une oasis végétal au cœur d’une ville. Les immenses bassins entourés d’espaces verts redessinent donc le visage de la place centrale, que viennent habiter les animaux dessinés par François Delarozière.